Confidences de chien paumé

Libellule inspirée, Jelly vous livre dans cette rubrique ses histoires courtes. Dans cette cinquième nouvelle, elle se met dans la peau d’un chien et vous raconte son histoire.

Vous savez, j’ai beau être au milieu d’un tourbillon permanent, au fond, je me sens bien seul. Pourtant, ils sont bien là, eux, tous autour de moi. Ils m’entourent, me caressent, bondissent sur moi les uns après les autres et me couvrent de baisers.

Il y a Brigitte, la mère de famille, qui s’agite dans tous les sens. Fébrile, elle me sort à toute hâte. Je le sais : je ne suis qu’une corvée dans sa routine bien calibrée. Ca tire sur le collier, mais ça, elle s’en fiche. Elle me regarde à peine, me montre où me soulager, tout en initiant un semblant de discussion avec notre voisin Monsieur Ducros. Ce n’est en réalité qu’un pur acte de politesse : elle écoute à peine sa réponse, détourne la tête et tire vivement sur ma laisse en maugréant « allez, on rentre ». 5 minutes chrono, je vous dis.

Depuis quelques temps déjà, Brigitte passe la majeure partie de son existence à courir après Léo et Tom. Bulles d’énergie, les jumeaux s’en donnent à cœur joie, ils me tirent la queue à profusion. Franchement, j’essaie d’être cool, mais parfois, je grogne un peu quand même, histoire de ne pas me faire piétiner. Sympa mais pas poire. Ba oui, faut que je me fasse respecter, d’autant qu’il n’est plus là pour me défendre. Mon maitre.

Ça me rend malade quand je repense à elle. Ma vie d’avant. On vivait loin de la ville et j’avais pour terrain de jeu un joli jardin. Je vivais à l’extérieur, en harmonie avec la nature. Je menais une existence paisible et régnais en maitre dans le quartier : j’humais l’air pur de la campagne, poursuivais les chats et les écureuils des environs, courais dans les bois avec mon maitre.

Il prenait le temps pour moi, lui. Il me manque tellement, si vous saviez. A peine entendais-je ce bruit de clé si particulier dans la serrure, cette façon à lui, inimitable qu’il avait de la tourner, que je me levais de mon panier et frétillais derrière la porte, impatient de le retrouver en tête à tête.

 Mais ça c’était avant, avant que le diable sévisse et n’emporte tout sur son passage, réduisant ma vie à néant. Il m’a tout pris celui-là. J’avais bien flairé les disputes, les cris de mon maitre et de Brigitte, les pleurs des jumeaux. Mon instinct de toutou me disait bien que cela n’était pas de bonne augure… Mais tout est allé très vite ensuite : cartons qui s’amoncellent, nouveaux venus qui s’installent impunément dans ma maison, avec soit-dit en passant, leur chat siamois snob à souhait qui pose ses sales pattes dans mon jardin et se prend bientôt pour un habitué du lotissement.

Et mon maitre qui commence à vriller. Il ignore Brigitte, s’isole de plus en plus avec les petits et notre relation devient distante : il ne prête pas attention à moi et ne m’octroie plus aucune caresse. Son regard reste vide et je dois m’y résoudre : mes coups de lèches et mon regard de velours n’ont plus le moindre effet sur lui.

Un beau matin, il a passé la porte et n’est jamais revenu. Puis, comme si ma peine de toutou n’était pas suffisante, j’ai quitté la maison, avec les trois membres restants de cette famille -qui n’en était plus une-, et sitôt atterri dans ce lugubre appartement. Il m’a tout pris, ce salaud, et abandonné là à mon triste sort de cabot. Saleté de divorce.

Alors, qu’avez-vous pensé de cette nouvelle ? Livrez vos impressions par ici !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close