Elle(s)

Libellule inspirée, Jelly vous livre dans cette rubrique ses histoires courtes. Après
« Dernière chance », « Eux », «  Louis » et « Le plongeon » , la libellule vous invite aujourd’hui à suivre les aventures de Mathieu à l’autre bout du monde.

Mathieu le savait : c’était certainement la dernière fois qu’il LA voyait. Elle était apparue dans sa vie si subtilement, et voilà qu’elle allait en repartir de la même façon, en toute discrétion. Lente, avec cette même douceur dans sa façon de se mouvoir. Cette grâce qu’il aimait tant.  Le jeune homme était conscient de sa chance : chétive, Eva était restée plus longtemps que les autres et il avait eu le temps de s’habituer à l’idée de son départ.  Alors pourquoi était-ce si dur de l’envisager ?

Ce n’était pas NORMAL de s’attacher à ce point à un être. Tels étaient les mots glaçants prononcés par le jeune Sawyer, alors que tous deux étaient allés boire un verre sur la plage principale de l’ile la veille au soir. Tandis que Mathieu venait d’évoquer son prénom pour la énième fois, le jeune homme avait lâché cette phrase assassine, comme si de rien n’était. Agacé, Mathieu avait regardé ce garçon d’un drôle d’œil, avant de mettre cette remarque sur le compte de son état manifestement alcoolisé.

Eva avait réussi à combler un vide, se dit-il ce matin-là, en se rendant à la « nursery ». Cela faisait 61 jours et il se sentait si seule depuis le départ de Louna. Il avait beau tenter de refaire l’histoire, déceler ses failles, tenter de comprendre ce qu’il n’avait pas su voir, rien n’y faisait : la blessure était toujours aussi douloureuse. Un immense GACHIS. Ce maudit mot raisonnait en lui chaque matin, quand il s’éveillait dans sa minuscule chambre, son corps allongé dans un lit si étroit et pourtant bien trop grand SANS ELLE.

Les premières minutes suivants le réveil étaient les plus rudes, il se rappelait de cette dure réalité qui faisait son quotidien depuis désormais plusieurs semaines. Puis, il se levait et prenait sa journée à bras le corps. Dès lors, il ne pensait plus qu’à une seule chose : accomplir sa mission. Celle qui l’avait conduit jusqu’à l’ile thaïlandaise de Koh Tao et qui l’animait à présent chaque jour. Il était actif au centre, se sentait utile, et son travail lui demandait une précision de chaque instant, censé l’empêcher de penser.

 Pourtant, ELLE continuait à peupler ses pensées et ce gâchis lui revenait en pleine figure. Si seulement elle avait su lui dire NON, il aurait pu attendre. Ils auraient continué leur histoire et seraient partis plus tard. Pourquoi n’avait-elle pas osé ? Car ce qu’elle avait fait, partir précipitamment sans même affronter son regard, avec seulement quelques phrases maladroites griffonnées sur un morceau de papier, il ne pourrait jamais lui pardonner.

Ils avaient rêvé ce projet à deux, l’avaient imaginé tant de fois ensemble, s’étaient envolés dans cette direction, et pourtant… Il s’était produit l’impensable : la jeune femme n’avait pas « tenu le coup ».  Oui, l’expérience lui plaisait, l’avait-elle rassuré en lui souriant timidement à plusieurs reprises, quand il la sentait absente. Pourtant, elle lui avait répété à tue-tête maintes fois : ses proches lui manquaient. Et elle avait reparlé de ce job, cette opportunité unique au musée d’Orsay dont elle rêvait depuis si longtemps et qu’elle venait pourtant tout juste de décliner. Mais le mot qu’elle avait laissé, ce semblant de lettre inachevée, avait assommé un coup de massue à Mathieu : ses proches lui manquaient tant et ce projet fou n’avait désormais plus aucun sens pour elle. Elle était désolée mais repartait sur le champ. Désolée. Ben voyons…

En y repensant, Mathieu s’était voilé la face. Il avait ignoré certains signes, intimant à son amoureuse de profiter de la plage, de la culture asiatique, des pads thaï et couchers de soleil à foison, de l’instant présent oriental de l’autre bout du monde, si unique et rassérénant. Quand un matin, elle était rentrée dévastée d’un cours de yoga censé la détendre et l’apaiser, il avait compris que cela n’était pas de bon augure mais n’avait pas cherché plus loin à comprendre.

Quoi qu’il en soit, Mathieu s’était attaché à Eva quand elle était arrivée au centre et avait de suite perçu en elle quelque chose de différent. Il avait noué avec elle une relation unique et restait ainsi de longues heures à l’observer. Son admiration était telle que, s’il avait pu s’installer un lit de camps à côté d’elle, il y aurait volontiers passé ses nuits.

Le jeune homme la fixa intensément et lui caressa les nageoires.  Bien entendu, elle était guérie et c’était dans l’ordre des choses qu’elle s’en aille. Mais il ne savait pas s’il pourrait se remettre d’un second départ. Un deuxième abandon, en quelque sorte. Les yeux humides, il toucha une dernière fois sa carapace et la rejeta à l’eau. La petite tortue le fixa droit de ses petits yeux noirs ronds comme des billes, et s’éloigna. Quand sa carapace lui fit face, il lui sembla qu’Eva avait cherché à lui faire un ultime signe de sa nageoire.

Mathieu n’eut pas même un instant pour réaliser ce qui venait de se passer. Son ami Sawyer lui tapota l’épaule et lui fit signe de s’occuper des nouvelles arrivées. Pas le temps de s’appesantir sur le départ de sa protégée : quatre nouveaux bébés tortues venaient d’échouer sur le rivage et attendaient des soins d’urgence. Il prit une profonde inspiration et se dit qu’il ne savait pas ce qu’il allait devenir mais qu’une chose était certaine : ici, dans ce centre de sauvetage de tortues marines sur l’ile de Koh Tao, il se sentait véritablement à sa place. Sa vie avait un sens.

FIN

Alors, cher(e) humain(e), qu’avez-vous pensé de cette nouvelle ? Laissez vos impressions en commentaire par ici ! Gourmande de critiques et avis de lecteurs, Jelly se fera un plaisir de vous lire !

2 réflexions sur « Elle(s) »

  1. C’est le genre d’histoires que je relis une deuxième fois, une fois arrivée la chute. J’aime beaucoup. Le fait que l’histoire avec Louna s’insère entre deux, on ne voit vraiment pas arriver la fin. Bravo 😊

    J'aime

    1. Merci pour votre retour, je suis ravie que la chute vous ait plu ! J’espère que vous aimerez tout autant es autres nouvelles du blog 🙂

      Aimé par 1 personne

Répondre à celial75 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close