Retrouvailles : épisode #3

Retrouvez dans cette rubrique des histoires inédites découpées en plusieurs épisodes. Après « Maudite », « Retrouvailles » est la seconde histoire en série de Jelly !

Carine venait de se réconcilier avec sa sœur et leur relation était encore si fragile. Une porcelaine, semblable à celle de la théière de leur grand-mère Alberte, qui risquait à tout moment d’éclater et de s’écraser sur le carrelage. Se briser en mille morceaux. Et, cette fois-ci, il n’en resterait rien.

Laury avait toujours été LA préférée de la famille. La petite sœur gâtée, celle que l’on félicite à tout bout de champs et à qui on passe tout. Etait-ce cette maladie infantile l’année de ses six ans, qui avait tant inquiété ses parents qui expliquait leur comportement ? Ou cela datait-il d’avant, de toujours, même ? Carine n’était pas d’un tempérament jaloux ou du moins, ne pensait pas l’être spécialement. Pourtant, au fil des années, l’attitude de ses parents l’avait amenée à avoir des doutes. Elle le voyait dans leur regard, dans leur manière de s’adresser à elle : ils affichaient si naturellement cette préférence inavouable pour sa soeur en sa présence et elle en souffrait. Elle s’était peu à peu repliée sur elle-même et ne faisait désormais plus aucun effort.

Les sœurs avaient grandi et, quand Carine parlait de ce qu’elle ressentait pour sa famille, sa sœur se disait attaquée. Laury avait une vision bien amère de sa sœur. Carine avait toujours été jalouse d’elle, un point c’est tout. Elle n’était pas de ces grandes sœurs bienveillantes : bien au contraire, elle lui pourrissait la vie.

Et puis, il s’était passé ce qui s’était passé. Une chose inavouable, dont Carine n’était pas fière. Ce n’était pas seulement sa faute, mais, en son fort intérieur, elle savait bien qu’elle avait sa part de responsabilité dans cette histoire. Et le lendemain, jeté par dessus la porte, cette phrase assassine, que Laury lui avait lancé, sans un regard : j’aurais préféré être fille unique.
– Tu ne vois pas que tu l’es déjà ! avait rétorqué Carine.
Dès lors, un profond fossé s’était creusé entre les sœurs et ces dernières avaient avancé dans la vie l’une sans l’autre, empruntant deux chemins parallèles, qui prenaient bien soin de ne jamais se croiser.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close