Maudite : épisode #1

Chaque mois, retrouvez dans cette rubrique une nouvelle histoire inédite découpée en 4 épisodes. Ce mois-ci, Jelly explore le genre fantastique en vous livrant le récit de »Maudite », toute première histoire au cours de laquelle vous allez suivre les aventures de Justine et son talisman. Bonne libé-lecture !

300 kilomètres au compteur de la Picasso familiale et Justine Shalk n’avait toujours pas dit un mot. Au jeu du silence, l’adolescente tenait bon. Elle leur avait pourtant dit plusieurs fois qu’elle ne VOULAIT PAS venir.  Justine n’était pas contre les vacances en famille, loin de là. Elle se faisait même une joie de passer ces quinze jours traditionnels avec ses parents, ses deux petits frères et leurs amis de toujours, les Ledoux. Changeante chaque été, la destination était fixée courant janvier. Avec, pour les deux familles, un seul but : la découverte à chaque fois d’un nouvel endroit de France.

Mais cette année, les planètes de l’été ne s’étaient pas bien alignées entre elles pour Justine : les vacances de la famille Ledoux, et par la même de sa meilleure amie Lola, tombaient en même temps que celle des Shalk. A l’origine de la discorde, il y avait une affaire sérieuse… répondant au prénom de Lola. Lola et la proposition de ses parents d’inviter la jeune fille à passer une dizaine de jours avec eux en Sardaigne. Face à l’ile italienne et ses eaux transparentes, l’Ardèche ne faisait pas le poids. Et face à Lola, meilleure amie de toujours d’une adolescente de quinze ans, la famille Shalk non plus.

Si elle les comparait avec les parents de ses amis, Justine était consciente d’être plutôt bien lottie : les siens étaient plutôt cools. Compréhensifs et ouverts à la discussion, il était rare qu’ils interdisent quoi que ce soit à leur fille. C’était même la première fois que Krystel et Patrick lui opposaient une telle résistance. Justine avait eu beau les supplier, ses parents avaient refusé de céder. Certaines choses n’étaient pas négociables et les vacances en famille, précieux temps fort de l’année, en faisait partie.

Furieuse, l’adolescente, casque vissé sur les oreilles depuis le départ de leur pavillon lillois prenait bien soin de ne pas répondre à ses parents.
– Justine, tu veux bien aider Tom et Léo à mettre leur dessin-animé ? ! vociférait sa mère.
Pas de réponse. Se heurtant au silence, Krystel Shalk haussa le ton.
– Justineeeeeee !
Toujours rien.
– Patrick, arrête-toi ! hurla-t-elle.
– Du calme ! Je prends la prochaine sortie, rétorqua ce dernier, au volant de la voiture familiale.

Alors qu’il se garait, Justine vit sa mère lui faire signe de sortir. Arborant une moue désapprobatrice, elle se contenta d’entrouvrir la portière.
– Ma juju, je n’en reviens pas de ton comportement… Tu ne nous as pas habitué à ça ! cria Krystel, au bord des larmes.
Justine rompit son silence.
– Je vous ai dit que je ne pouvais pas venir cette année car je voulais VRAIMENT aller en sardaigne avec Lola. Vous n’avez pas voulu comprendre.
– Mais chérie, tu…
– Alors je suis là… Mais ne me demandez RIEN ! hurla la jeune fille.

Confortablement installés dans leurs sièges bleus identiques à l’arrière de la voiture, les jumeaux se mirent à pleurer à l’unisson. Leur père s’éclaircit la gorge et poursuivit :
– OK, tu ne voulais pas venir, on l’a bien compris ! Mais tu es là : alors maintenant, faisons-en sorte de passer de bonnes vacances ensemble, tu ne crois pas ?
– Papa, en ce moment même, je devrais être avec Lola et ses parents, en sardaigne, en train de vivre la dolce vita et de profiter des plages de rêve… Alors non, je n’ai pas envie d’être ici, et encore moins de passer de « BONNES vacances » avec vous !
Krystel fondit en larmes. A bout de nerfs, Patrick continua :
– Bon ça suffit Justine, tu vas arrêter ton cirque ! Non mais tu te rends compte, tu fais pleurer les petits, et maintenant ta mère ! On règlera ça plus tard. Je ne veux plus t’entendre !

Patrick ajouta que cette conversation allait s’arrêter là, le silence étant préférable pour leur sécurité à tous, du moins le temps d’arriver à la maison. Alors que tous se turent, la dispute de la voiture avait laissé un malaise palpable entre Justine et ses parents. Cette dernière avait du mal à encaisser ce qui venait de se produire. Son père était un homme calme, qui s’emportait très rarement. Ils avaient déjà eu des désaccords, mais jamais auparavant il ne lui avait parlé de la sorte. Cette dispute avait ainsi marqué l’adolescente. Très en colère, Justine était loin d’être prête à renouer le dialogue… Dans les jours qui suivirent, elle se contenta de leur adresser la parole uniquement pour des phrases banales, lancées sur le mode « pilote automatique ». Et préféra la compagnie des Ledoux, qu’elle n’avait étrangement jamais trouvé aussi sympathiques….

Justine aimait sa famille mais sa rancœur était plus forte : elle n’allait pas leur simplifier la vie et avait bien l’intention de faire de leurs vacances une expérience exécrable. Elle l’avait promis à Lola. Après cela, leur plan fonctionnerait : ils n’auraient plus jamais envie d’emmener leur fille avec eux et les deux amies seraient ainsi réunies l’été prochain, comme tous les suivants. Aussi, quand les amis de ses parents proposèrent de partir un après-midi en excursion pour voir les plus beaux paysages d’Ardèche, Justine répondit haut et fort que oui, bien entendu, elle souhaitait se joindre à eux. Hors de question pour elle de rester à la maison avec ses parents. Et ce, alors même que ces derniers avaient prévu de passer l’après-midi à se prélasser au bord de la piscine bleue pétrole de la demeure, si attractive soit-elle.

Les Ledoux et Justine étaient partis juste après le déjeuner. Ils avaient rejoint un groupe d’une dizaine de personnes et emprunté un minibus. Le programme de l’après-midi s’annonçait sans surprise : une promenade en forêt, suivie d’une baignade dans une rivière en fin de journée. Ernest, leur guide et accompagnateur, connaissait la forêt dans ses moindres recoins et son enthousiasme communicatif motiva d’emblée le groupe. Petits et grands suivaient d’un pas assuré son rythme rapide. Contre toute attente, Justine apprécia cette ballade au cœur de la forêt. Elle admirait les éclaircies de lumières qui perçaient à travers les branches d’arbres.

Émerveillée par ce joli spectacle que lui offrait la nature, l’adolescente s’ennuyait tout de même. Les Ledoux avaient deux enfants, bien plus jeunes que Justine : Dylan, 12 ans et Emma, 8 ans. Bien qu’elle les ait toujours appréciés, ils n’étaient pas de son âge. Tout du moins étaient-il trop jeunes pour une ado de quinze ans… Et NON MERCI, elle n’avait pas envie de se sociabiliser avec le reste du groupe, constitué en majorité d’adultes et de leurs marmots.  Alors qu’elle venait de manquer de glisser sur une branche d’arbre tombée au sol, Justine remarqua un garçon de son âge, qui semblait lui aussi en retrait des autres. Brun aux yeux gris, il avait un visage des plus banals et n’était pas spécialement beau. Pourtant, il dégageait quelque chose, une sorte d’aura qu’elle n’aurait su expliquer. Peu avenant, ses yeux baissés laissaient à peine entrevoir son regard sombre et emprunt de tristesse, ce qui lui conférait un air énigmatique.

Alors qu’ils empruntaient un sentier à travers champs, Justine aurait juré que sa main venait de la frôler. La jeune fille ne s’était pas trompée : elle se retourna et vit un sourire illuminer le visage terne du garçon. Intriguée, elle resta à proximité de lui. Alors qu’Emma attrapa la main de Justine, cette dernière vit le mystérieux garçon s’éclipser du groupe. Caché derrière un arbre, il lui fit signe de le rejoindre. L’adolescente déposa un baiser sur le front de la petite fille.
– Ma jolie, tu peux aller voir tes frères ?

Tandis qu’Emma hocha la tête et s’éloigna tout de go, Justine s’éclipsa à son tour discrètement et se hissa jusqu’à la cachette du garçon. Lorsque le groupe fut suffisamment loin pour ne pas les entendre, elle engagea la conversation.
– Euh salut, tu fais quoi ? Et tu t’appelles comment ?

En guise de réponse, il se contenta de saisir une pierre plate et un bâton de bois et traça dans la terre les lettres suivantes : T.h.é.o. Perplexe, Justine le fixa : ce garçon était-il muet ? Quelques instants plus tard, elle se dégagea brusquement lorsqu’il lui prit la main. Imperturbable, son visage ne trahit aucune émotion et lui intima simplement de le suivre. Alors qu’il se frayait un chemin dans la forêt, Justine s’exécuta. Ils traversèrent les bois et se retrouvèrent bientôt au bord d’un torrent. Justine scruta les alentours : l’endroit était magique. Son eau, d’un incroyable vert émeraude, hypnotisa instantanément la jeune fille. Cette couleur intense la captivait, si bien que, l’espace d’un instant, l’adolescente eut une envie soudaine de se jeter dans le torrent. La baignade était tentante…

Théo, quant à lui, avait manifestement une toute autre préoccupation. Il fouilla dans la poche de son pantalon et en sortit une chaine en or blanc, fit signe à Justine de dégager ses cheveux et lui glissa le collier autour du cou. Pensive, Justine fixa Théo et réfléchit. C’était le garçon le plus étrange qu’elle n’avait jamais vu : il ne disait pas un mot et, sans même la connaitre, ce qu’il venait de faire était tout bonnement absurde. Pourtant, plongée dans ce lieu féérique en cet instant qui lui parut hors du temps, l’adolescente n’avait pas envie de chercher à comprendre.  

Soudain, le garçon lui tapota l’épaule et désigna les eaux turquoises du torrent, comme pour lui montrer quelque chose. Justine fit la moue. Captivée par ces eaux d’un vert éclatant, la jeune fille ne parvenait pas à distinguer quoi que ce soit dans le torrent. Ultra-concentré, comme si sa vie en dépendait, Théo effleura le bras de l’adolescente et le guida dans une direction précise. Soudain, Justine l’aperçut. Une pierre verte difforme luisante, brillant à la surface de l’eau. Elle se souvint de ses cours de biologie et conclut qu’il s’agissait probablement d’une émeraude.

Guidée par le jeune homme et ses yeux hypnotiques, Justine s’empara de la pierre, avant de la relâcher d’un coup sec. Cette dernière venait tout juste de la brûler, propageant dans ses doigts une puissante décharge électrique. Ne pouvant détacher son regard de l’émeraude, sans pour autant oser la toucher une nouvelle fois, Justine ne savait que faire. Théo soupira et se précipita sur la pierre émeraude, qu’il rattrapa alors in extremis. A son contact, ses yeux gris étaient brusquement devenus verts. Ils avaient pris la même couleur verte que celle de la pierre. … Le garçon fit coulisser le fermoir du collier de Justine, glissa l’objet précieux autour de la chaine, avant de le refermer délicatement.

La jeune fille scruta son pendentif et réalisa que cette sublime pierre verte émeraude ornait désormais son cou. Luisant, le bijou lui saillait à merveille.  Elle fixa Théo droit dans les yeux et lui sourit, mais ce dernier fuyait toujours son regard. Théo scruta la pierre avec attention, comme s’il cherchait à vérifier un dernier détail. Il arbora alors un sourire satisfait, presque glaçant, qui troubla l’adolescente. Soudain, elle eut une sensation désagréable : sans savoir expliquer pourquoi, elle se sentie soudain gagnée toute entière par un mal-être. C’est alors que la sensation de chaleur qu’elle avait éprouvé dans sa main au moment de toucher la pierre se répandit peu à peu dans tout son corps. L’adolescente en perdit l’équilibre et se retrouva à genoux. Lorsqu’elle se releva, Théo avait disparu. Sans un mot, ni même un geste d’adieu. Sa silhouette ne fut bientôt plus qu’un souvenir pour Justine, qui resta là, au bord du torrent, seule et désorientée.

Qu’avez-vous pensé de ce premier épisode ? Laissez votre trace d’humain lecteur en commentaire ! Envie de connaitre la suite de l’histoire ? Retrouvez l’épisode 2 de « Maudite » sur le blog !

1 réflexion sur « Maudite : épisode #1 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close